17032021 57438

 

MARIA VIOLENZA / ROMA

Originaire de Palerme (haut lieu de l'inquisition sicilienne) MARIA VIOLENZA incarne la vengeance des hérétiques.

Elle traduit la souffrance par des mélodies punk et synthétiques, un voyage en métro en sens contraire de Médine à La Mecque. Ça vous cloue au mur, les névroses s'accentuent, et l'accélération fatale des beats vous emmène dans le monde souterrain.

Maria Violenza, c'est de l'exorcisme moderne avec comme outils une boîte à rythme, un synthé, un looper et des riffs folkloriques arabes.
Un an après la sortie de son E.P "Moisissure" chez Kakakids Records & 1000 Balles, on découvre son album "Scirroco" qui porte bien son nom: Cristina y chante en français, anglais, italien et dialecte sicilien, des histoires qui sentent la galère à Palerme, une odeur de sueur mélangée à celle des épices.

Ses arrangements mêlent la tendresse de son accent à des rythmes incisifs au synthétiseurs, qui trahissent une main satinée derrière le cran-d'arrêt.
Pourtant on est proche du rap ou du tabassage verbal avec des morceaux comme "Sbirri" et le colérique "Il palermitano", pas loin de la musique traditionnelle avec "Quannu iu moru", et on frôle le tube avec "La ballade de l'indifférence".

Crisitina donne corps aux désagréments que les rapports humains nous accablent: le chagrin, les humeurs noires... mais paradoxalement elle arrive à en faire quelque chose de très beau.
Un remède acide et envoûtant qui cicatrise les peines! https://kakakidsrecords.bandcamp.com/album/scirocco

 

 

KRINATOR / AMIENS NORD

Membre des groupes HEADWAR, BADABOUM, des duo LES MORTS VONT BIEN, CO I JAK et autre formation improbable, Krinator exhibe pudiquement son projet solo.
Projet qui pourrait être le fruit d'une enfant séquestrée avec pour seul compagnie, un synthétiseur, des choco B.N, un magnétoscope alimenté de cassettes d'épouvantes et de dessins-animés.
Les interminables mercredis après-midi à improviser les bandes son de Mickey et "les griffes de la nuit" n'ont pas été vaines. ________________________________________________________________________________
VIDEO
1ère apparition T.V (1989)
https://www.youtube.com/watch?v=CA0mwO4PD-U
Live forestlimit (Japon)
https://www.youtube.com/watch?v=N40u10hrYwE
Live au Jardin Moderne (Rennes)
https://www.youtube.com/watch?v=84Kj34jMrOE&t=17s
Si le coeur vous en dit
https://www.youtube.com/watch?v=O28xB8IcSqA
BANDCAMP
Krinator
https://krinator.bandcamp.com/

 

 

CONTUMACE / PARIS FROID

Contumace « Matt », Tanz Procesz - 2021
Paraît ces jours-ci un album de Contumace, side-project de Lionel Fernandez - une des guitares abrasives de Sister Iodine - tourné vers une electronica noire. Plus que l’electronica c’est du coté des musiques industrielles qu’il semble s’être retourné, peut-être que ces musiques des seventies finissantes font parti de ses mémoires adolescentes, il les exhume ici pour un shoot sonique angoissant et déceptif. « Matt » semble connecté à cette scène bruitiste des Monte Cazzaza, Throbbing Gristle, Nocturnal Emission … musiques qui s’insinuaient dans notre inconscient, saturant les informations et l’écoute, vécu comme la critique du spectacle punk et des musiques mainstream. Musique dépressive ? Oppressive ? Sans doute autant l’une que l’autre, nourrie aux théories littéraires de William S.Burroughs et à la critique des mass-médias opérée par Marshall MacLuhan et Jean Baudrillard. On laisse derrière soi l’écoute de cette musique, la quittant avec un sentiment de malaise, un peu honteux du plaisir pris dans ce masochisme sonique. La techno en avait détourné le sens critique pour créer un espace à habiter dans une forme de cocooning substituant aux morceaux courts dans un format rock à de longues plages étirées à l’infini, abolissant notre conscience du ici et de l’ailleurs, anesthésiant notre critique du spectacle, heureux de s’abandonner dans ces cycles rythmiques hypnotiques, le jeu des stromboscopes.
Lionel Fernandez reprend les stratégies soniques de la musique industrielle portées sur de courtes unités de temps, fracturant notre écoute, chaque titre semblant une étape nous faisant franchir les cercles de l’enfer contemporain. Steps by steps passant d’un morceau inquiétant à un autre tout aussi oppressant, délétère. Aucune envolée fracassante avec sa Fender, de claquage de cordes métalliques, de corps cogné rudement pour en extirper ces bruits sourds oppressants qui rappelleraient la dépense festive de Sister Iodine, la promesse d’une danse en apnée. Il ne s’embarrasse pas de patterns rythmiques qui fixeraient notre écoute dans une métronomie rassurante, jouissive, mais efface nos repères, nous perd dans l’angoissante solitude des machines. On songe aux mantras lancinants des tondeuses à gazon (comme sur le titre de T.G « Hamburg Lady » ), aux sifflements des frigidaires, aux crépitements des néons, tous ces soliloques solitaires des objets industriels qui font la musique de notre modernité dans notre absence.
Guitares et synthétiseur EMS sont joués ici avec une rage rentrée, la tension palpable pour autant. La musique de Lionel Fernandez s’écoule comme un poison dans nos veines, saturant notre écoute de laideurs électriques, de lumières blanches troublantes, corps perdus dans les lignes de fuite des circuits électriques. Musique de frottements, d’usures, qui nous laisse épuisé, vaguement nauséeux comme après une gueule de bois, alors pourquoi y replonger ? Parce qu’elle nous parle de notre présence aux mondes, de cette oppression bruitiste qui nous entoure et reconfigure notre rapport à l’autre, parce qu’elle dit notre angoisse d’être séparé, seul dans la symphonie électrique des objets célibataires.
Michel Henritzi

 

SHITTY SHED / Techno-dactylo / Villefuck-de-Rouergue
Telle une secrétaire sous acide, Judith tape sur sa machine et met le zbeul.
Aucune boucle enregistrée à la maison, une prise de risque maximum, du vrai live!

https://www.youtube.com/watch?v=596C-Q_ka2M

 

AFFICHE AU TOP PAR RAFAEL HOUÉE

ouverture des portes 19H30
start 20H30
7 euros
60 av de bohlen à vourenvlin avec métro pas loin

MELMAC IS THE KING AND GLOUBIGA IS GOD

A LA UNE

GRRRND RADIO

RadioGZ

Un arc-en-ciel planté dans le béton.

1001 chansons offertes par les groupes qui ont joué à GrrrndZero.

Clique sur le poste !